Quelle ceinture lombaire choisir ?
quelle ceinture lombaire choisir

Lumbago ou lombalgie

Lumbago ou lombalgie est un terme désignant une  douleur au niveau des vertèbres lombaires, c’est-à-dire située dans la partie basse du dos.

Autant le savoir : «70 à 80% de la population a eu, ou aura, un jour mal dans le bas du dos», assure le Pr Serge Poiraudeau, chef du service rééducation-réadaptation de l’appareil locomoteur de l’hôpital Cochin (Paris). Un effort banal, comme sortir une valise d’un coffre, peut parfois déclencher des douleurs au niveau des vertèbres lombaires. Le lumbago est la forme la plus spectaculaire des lombalgies communes : «Le début est brutal. La sensation de blocage se situe un peu en avant et sur le côté. Les gens ont très peur de se retrouver paralysés», explique le Pr Poiraudeau. Dans le lumbago, comme les autres lombalgies communes, l’amélioration est notable au bout de quelques semaines, mais la guérison est lente. «95% des lombalgiques ont repris une vie normale après trois mois. Cela ne veut pas dire que la douleur a complètement disparu. 60% ont encore mal un an après, mais cela ne les empêche pas de mener leurs activités», dit le Pr Bernard Fouquet, chef du service de médecine physique et réadaptation du CHU de Tours. Seuls 8 à 10% des douleurs lombaires deviennent chroniques, c’est à dire dépassent trois mois consécutifs. Le lumbago ou lombalgie se manifeste par :

  • une douleur survenant de manière brutale et localisée au niveau de la partie basse du dos (mal au dos) ;
  • une sensation de craquement, de déchirement ;
  • une perte de mobilité : la position est bloquée ; en règle générale, la personne reste voûtée vers le bas, et marche en position courbée et difficilement ;
  • la douleur est soulagée lors de la position allongée ;
  • elle est augmentée lors de la mobilisation, mais aussi de la toux ou de la défécation (action d’éliminer les selles).

Les vertèbres lombaires correspondent à la partie inférieure de la colonne vertébrale. On en compte 5 sur les 33 vertèbres du rachis. Elles sont séparées les unes des autres par un disque cartilagineux, il limite les frottements entre les surfaces articulaires et sert d’amortisseur. La partie lombaire héberge les racines nerveuses destinées aux régions inférieures de l’organisme (comme le nerf sciatique). Cet empilement est maintenu par des ligaments et par les tendons des petits muscles de la colonne. Ce système permet les différents mouvements du dos mais il n’est pas à toute épreuve. Les lombaires sont les vertèbres les plus exposées au mal de dos. La douleur de lumbago ou lombalgie peut être mécanique, c’est le fameux tour de rein. Il survient brutalement, en général après un effort brusque ou inhabituel. Cet effort peut provoquer des lésions sur les facettes articulaires, sur les disques, les ligaments ou les muscles de la colonne. La douleur entraîne alors une contracture réflexe des muscles du dos, qui bloque tout mouvement.

lumbago2
La douleur de lumbago ou lombalgie peut aussi être d’origine compressive, autrement dit, les nerfs au niveau lombaire sont irrités ou subissent une pression. Le lumbago est considéré comme l’équivalent d’une entorse du dos. Pour le Dr Jean-Yves Maigne, responsable de l’unité de rééducation fonctionnelle de l’hôpital Hôtel-Dieu, à Paris, le lumbago est dû à des déchirures au niveau des disques intervertébraux au niveau lombaire, ces amortisseurs naturels composés d’une fibre ligamentaire. On peut ainsi comprendre que le lumbago est dû à une contracture musculaire des muscles dorsaux. Ces muscles, soumis à un mouvement brutal, vont se contracter pour contenir le geste :
  • ce mécanisme de défense vise à protéger le système articulaire qui risquerait sans cela de dépasser son amplitude physiologique ;
  • en se contractant violemment, les muscles vont rester spasmés, contractés, et cette tension va entraîner une douleur.

Parallèlement, en se contractant, les muscles dorsaux qui s’attachent sur les vertèbres vont :

  • les tracter en inclinaison et en rotation (le plus souvent du même côté) ;
  • et les verrouiller dans cette mauvaise position.

La douleur serait consécutive à l’inflammation et à la contracture de ses muscles dorsaux. Ainsi, le lumbago est la conséquence d’un traumatisme de la région lombaire, après un effort brutal et intensif, dans la plus grande partie des cas. Il peut également faire suite à la pratique d’une activité sportive sans échauffement préalable ou à des traumatismes répétés de la zone.

Lumbago ou lombalgie et liens avec d’autres pathologies

Les douleurs lombaires peuvent aussi avoir pour origine :

  • une hernie discale lombaire,
  • des pathologies osseuses ou articulaires : ostéoporose, arthrose lombaire.

Les facteurs de risque sont notamment :

  • Métiers physiques où le port de lourdes charges est fréquent (maçons, déménageurs, etc.).
  • Sédentarité et surpoids.

Contrairement aux idées reçues, pour le traitement du lumbago aigu ou traitement de la lombalgie aiguë le repos prolongé est tout à fait déconseillé. Une reprise de la marche et d’efforts modérés, dès que la douleur devient supportable, va contribuer à une meilleure guérison et à la reprise des activités. Un traitement doit être instauré rapidement afin de :

  • soulager la douleur occasionnée,
  • vite remettre le corps en mouvement. «Le repos au lit n’est pas indispensable. Il est même nocif car il raidit, dé muscle et favorise la dépression», ajoute le Dr Maigne.
lumbago3
AirLOMB va parfaitement répondre à ce double objectif : en procurant un maintien souple modulable à travers le gonflage, AirLOMB va contribuer à retrouver délicatement et progressivement la bonne position vertébrale, tout en relâchant la tension sur les muscles vertébraux. La diminution de la tension musculaire à travers la décompression de l’espace inter-discal va aussi contribuer à faire diminuer la douleur. Enfin, comme AirLOMB n’est pas une ceinture lombaire élastique, elle ne se substitue donc pas aux muscles naturels et n’entraîne donc pas de fonte musculaire même lors d’un port prolongé. Au contraire, cette protection de la zone atteinte par le lumbago va permettre au patient de se remettre en mouvement sans appréhension. Grâce à AirLOMB, le patient peut sortir du cercle infernal de la lombalgie et rentrer dans un cercle vertueux de reprise d’activité.
Il a ainsi été constaté que les patients portant AirLOMB durablement avaient tendance à regagner de la masse musculaire car ils reprenaient une activité physique normale.

Faut-il se faire manipuler en cas de lumbago ? Quel traitement pour un lumbago aigu ou de lombalgie aiguë ?

Les manipulations vertébrales (médecine manuelle, chiropratique ou ostéopathie) peuvent apporter un soulagement. «Le but est d’étirer, de relaxer, de détendre les contractures musculaires souvent à l’origine de la douleur. Mais, avant de se faire manipuler, il vaut mieux avoir eu un diagnostic médical pour éviter les erreurs», précise le Dr Maigne.

Le kiné est-il utile ?

Pour le Pr Fouquet, «pas au stade aigu de la crise. Le meilleur moment pour le patient se situe entre 15 jours de mal de dos et sept semaines. A ce stade, le kiné peut faire un travail bénéfique d’étirements, d’assouplissements et de renforcement musculaire.»