Quelle ceinture lombaire choisir ?
quelle ceinture lombaire choisir

Sport mal de dos

La ceinture AirLOMB traite efficacement et sans risque le mal de dos occasionné par le sport.

golfeur-ceinture AirLOMB

Le rachis du sportif est soumis à d’importantes contraintes mécaniques qui s’exercent sur les structures disco-ligamentaires et articulaires.

Les structures tendino-musculaires de la zone lombo-abdominale constituent la première ligne de défense du rachis. Si les sportifs sont naturellement mieux armés musculairement pour lutter contre les lombalgies, ils sollicitent aussi davantage leurs lombaires et ne sont donc pas épargnés par les différentes formes de lombalgies.
Les sports les plus agressifs pour le rachis lombaire sont notamment les sports de contact, en particulier ceux où l’engagement est important comme le rugby et le judo.
Les sports sans contact peuvent également être à l’origine de traumatismes aigus, d’autant que la vitesse et l’amplitude du mouvement rendent plus difficile le contrôle du tronc dans les positions extrêmes (tennis, golf, patinage artistique, danse, gymnastique, volley-ball). Ces traumatismes peuvent concerner le disque intervertébral lors de mécanismes en flexion surtout si une inclinaison et une rotation du tronc sont associées (torsion).
Ainsi, le risque de lyse isthmique qui est de 6% chez les adolescents sédentaires et passe à 20% chez les sportifs avec 50% pour les adeptes du judo et même 85% chez les pratiquants de l’aviron !
Enfin, n’oublions pas que les sports qui exposent le sportif à un mal de dos par des vibrations répétées et intenses peuvent avoir un retentissement dans la durée sur la structure rachidienne et lombaire (course à pied, équitation, VTT, moto, moto-cross…).
Chez le sportif de compétition, les lombalgies sont dues généralement à un surmenage transitoire ou durable du rachis.
Chez le sportif de loisir, les lombalgies sont généralement liées à un échauffement insuffisant, un mauvais matériel, un stretching absent, une mauvaise gestuelle, voire une condition physique générale insuffisante par rapport à l’effort demandé.

En matière de lombalgie du sportif, deux grands tableaux de causes à effets s’opposent :

  • La pathologie discale liée à l’état des disques intervertébraux (hernie discale lombaire, sciatique, lumbago)

Les sportifs exposés aux pathologies discales lombaires en raison des gestes spécifiques liés au sport pratiqué sont par exemple :
Le cycliste, par une position sur son vélo, en hyper-cyphose lombaire peut souffrir de lombalgies par surcharge discale, dont la prévention repose sur une bonne adaptation de la hauteur de la selle et du guidon.
Par la répétition des micro-traumatismes, en particulier lors de la mêlée, le rugbyman va fragiliser son disque et ceci va favoriser à terme, la survenue d’un accident discal, le plus souvent à la faveur d’un traumatisme plus ou moins violent, parfois suite à un déverrouillage inopiné du tronc en mêlée.

  • L’atteinte du segment mobile postérieur du sportif avec le risque de spondylolisthésis.

Ce stress mécanique du segment mobile postérieur est favorisé par la pratique des sports où les traumatismes en hyper-extension sont plus fréquents comme la gymnastique, la lutte, le judo, le plongeon….

C’est aussi le cas des sports de raquettes (tennis, badminton) en cas de flexion insuffisante des genoux lors du service, qui ne permet pas de contrôler l’hyper-lordose à l’armer du bras, précédant la frappe de la balle.

Le finish en C du golfeur, en hyper-extension, est également en cause. La modification du geste sportif consiste à obtenir un finish en I, avec contrôle de l’hyper-lordose. Remarquons que le finish en C du golfeur qui peut générer une pathologie articulaire postérieure n’est pas, à proprement parler, une technopathie puisqu’il fait partie de l’esthétique du swing.

Statistiquement, le spondylolisthésis du sportif se situe à 80% en L4-L5 et dans 10% des cas en L5S1.

Au-delà des mouvements en cause dans la manifestation lombalgique chez le sportif, évoquons maintenant comment se manifeste cette douleur lombaire.
La douleur lombaire chez le sportif peut s’exprimer:

  • De façon brutale, à travers un lumbago entraînant un blocage (par exemple lors d’un effort de torsion trop violent ou survenant après un échauffement insuffisant par exemple au tennis ou au golf). Cette lombalgie d’origine musculaire est la conséquence d’une inadéquation entre les compétences musculaires et le stress mécanique auquel les muscles sont soumis. Cette pathologie se manifeste habituellement par des douleurs survenant au cours de l’effort et disparaissant avec le repos.
  • De façon progressive lorsque la douleur irradie le long du trajet du nerf sciatique. On parle de lombo-radiculite, la racine nerveuse étant comprimée par la hernie discale, ou bien les phénomènes œdémateux et inflammatoires qui l’accompagnent.

Soulager la douleur avec AirLOMB
Par rapport à la douleur liée à une discopathie (hernie discale, lumbago, sciatique), AirLOMB va agir en :

  • Procurant un maintien souple modulable à travers le gonflage, AirLOMB va contribuer à retrouver délicatement et progressivement la bonne position vertébrale, tout en relâchant la tension sur les muscles vertébraux.
  • Diminuant la tension musculaire à travers la décompression de l’espace inter-discal, ce qui va aussi contribuer à faire diminuer la douleur.
  • Faisant circuler l’air dans la chambre gonflable de la ceinture lombaire AirLOMB, ce qui a pour effet d’appliquer sur le bas du dos comme des micro-massages, évitant ainsi les spasmes musculaires para-vertébraux comme les doigts du masseur-kinésithérapeute.
  • Absorbant les chocs et les vibrations la ceinture lombaire AirLOMB est un pneumatique, ce qui va donc diminuer l’exposition des ligaments à des tensions supplémentaires.

Par rapport à la douleur liée à la lyse isthmique et au risque de spondylolisthésis, AirLOMB va agir en :

  • Solidarisant la charnière lombo-sacrée avec la charnière abdominale. AirLOMB va contribuer à diminuer l’intensité du glissement des disques.
  • Étirant l’espace inter-discal bien souvent à l’origine de compressions nerveuses. Ainsi, AirLOMB va faire diminuer naturellement la douleur de type sciatique ou cruralgie, voire faire disparaître complètement cette douleur sans effet secondaire.

Enfin, comme AirLOMB n’est pas une ceinture lombaire élastique, elle ne se substitue donc pas aux muscles naturels et n’entraîne donc pas de fonte musculaire même lors d’un port prolongé.
Grâce à AirLOMB, le sportif peut sortir du cercle infernal de la douleur lombalgique et rentrer dans un cercle vertueux de reprise d’activité.

Il a ainsi été constaté que les patients portant AirLOMB durablement avaient tendance à regagner de la masse musculaire car ils reprenaient une activité physique normale.

Ainsi, l’utilisation d’AirLOMB chez le sportif revêt 2 aspects, en matière de traumatologie rachidienne :

  • D’une part, un aspect de prévention primaire destinée au sportif exempt de tout antécédent traumatique rachidien.
  • D’autre part, un aspect de prévention secondaire visant à prévenir la survenue d’une nouvelle blessure du rachis chez un sportif qui a déjà été blessé.